Rassegna Stampa

01 dicembre 2021

Premiers cas d’infection au SRAS-CoV-2 détecté chez une espèce sauvage au Canada

Fonte: Governo del Canada

Le gouvernement du Canada continue de prendre des mesures rigoureuses, immédiates et efficaces pour protéger les Canadiens des contrecoups de la COVID-19. Chaque jour, de nouvelles données nous sont transmises à propos du virus. Des chercheurs du Canada et de partout dans le monde s’efforcent de mieux comprendre le virus et ses effets sur la population, les collectivités et les animaux.

Environnement et Changement climatique Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments, l’Agence de la santé publique du Canada, Parcs Canada, les gouvernements provinciaux et territoriaux, le Réseau canadien pour la santé de la faune ainsi que des partenaires des universités participent de manière soutenue aux recherches destinées à déterminer si le SRAS-CoV-2, virus responsable de la COVID-19, s’est propagé chez les espèces sauvages.

Les données sur les animaux et la COVID-19 sont limitées, mais elles indiquent que le virus a infecté plusieurs espèces à l’échelle planétaire, notamment des visons d’élevage, des animaux de compagnie (p. ex. chats, chiens, furets) et des animaux dans les zoos (p. ex. tigres, lions, gorilles, couguars, loutres). De récents rapports aux États-Unis présentent des preuves selon lesquelles le SRAS-CoV-2 a été transmis par des humains, à des cerfs de Virginie sauvages, et une propagation subséquente du virus a été observée parmi les cerfs. Aucun cas de transmission du SRAS-CoV-2 par des cerfs aux humains n’a été détecté à ce jour.

Le 29 novembre 2021, le Centre national des maladies animales exotiques de l’Agence canadienne d’inspection des aliments a confirmé les premières détections du SRAS-CoV-2 chez trois cerfs de Virginie sauvages au Canada. Des échantillons ont été prélevés sur ces cerfs entre le 6 et le 8 novembre 2021, dans la région de l’Estrie, au Québec. Des échantillons destinés au dépistage du SRAS‑CoV‑2 ont été prélevés dans une station d’enregistrement de gros gibier du sud du Québec. À l’instar des résultats obtenus aux États‑Unis, les cerfs ne présentaient aucun signe clinique de la maladie et étaient tous apparemment en bonne santé. L’Organisation mondiale de la santé animale a été informée le 1er décembre 2021.

Comme il s’agit du premier cas d’infection au SRAS‑CoV‑2 chez une espèce sauvage au Canada, les données sur les répercussions et la propagation du virus dans les populations de cerfs sauvages sont actuellement limitées. Ce résultat souligne l’importance d’un suivi continu de la présence du SRAS‑CoV‑2 chez les animaux sauvages afin de mieux comprendre la transmission possible du virus entre l’humain et les animaux.

Les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux continuent de surveiller et d’évaluer les répercussions possibles du virus sur les espèces sauvages canadiennes.

La COVID‑19 demeure en grande partie une maladie qui touche l’humain et qui se propage entre les humains. Les principales façons de se protéger contre la COVID‑19 sont de respecter les conseils de santé publique et de se faire vacciner pleinement. En attendant d’en savoir plus et à titre de précaution supplémentaire, il est recommandé de porter un masque bien ajusté en cas d’exposition aux tissus respiratoires et aux fluides provenant de cerfs, de pratiquer une bonne hygiène des mains et d’éviter autant que possible d’éclabousser ou de pulvériser les fluides provenant de ces tissus.

Pour de plus amples renseignements sur l’exposition et la transmission de la COVID‑19 chez diverses espèces sauvages, veuillez consulter la page Web Les animaux et la COVID-19.